Sélectionner une page

En Israël, comme en France, on a tendance à se sentir mal à l’aise lorsque les questions d’argent sont abordées.

Un sujet généralement évité qui pour certains est même considéré comme quelque chose de vulgaire et de déplacé, cela se constate aussi bien entre amis, voisins, avec ses enfants ou sa famille.

Pour exemple, il est peu probable que vous sachiez combien gagnent certains de vos proches.

Autant d’idées reçues qu’il est grand temps de dépoussiérer pour enfin arriver à parler d’argent sans avoir l’impression d’aborder un sujet tabou.

 

  • Se défaire des clichés

Difficile de se défaire de toutes ces idées préconçues inculquées dès le plus jeune âge.

Souvenez-vous de vos parents qui vous ont expliqué que cela ne se fait pas de poser des questions sur l’argent

Une idée relayée par le monde éducatif et celui du travail.

Si vous décidez de vous lancer dans l’investissement immobilier en Israël ou dans les placements boursiers, gardez bien en tête que dans ces domaines il est impossible d’avancer si les questions d’argent ne sont pas clairement abordées.

Un premier conseil consiste donc à mettre de côté toutes les idées fausses accumulées pendant des années, pour aborder vos projets avec un regard neuf.

Ne l’oubliez pas, il n’y a rien de malsain à vouloir évoluer socialement, gagner de l’argent pour acquérir la liberté financière.

L’argent doit avant tout se présenter comme un moyen de découvrir l’intériorité d’une personne, ce n’est pas le montant du compte en banque qui compte mais la façon dont celui-ci est géré.

Différents comportements se dégagent, ceux qui parlent d’argent à tort et à travers uniquement pour se hausser au-dessus des autres, pendant que d’autres préfèrent aborder ce thème pour partager et donner à ceux qui en ont besoin.

On peut ainsi très vite se faire une idée sur une personne en l’écoutant parler d’argent.

  • L’argent n’est pas réservé à l’élite, tout le monde peut en profiter

Il est grand temps de dévulgariser l’argent !

Celui-ci n’est pas réservé aux couches sociales les plus élevées.

Cette année plus que jamais, quand le pays entier s’est retrouvé face à une crise sanitaire et économique inédite, pratiquement aucun secteur n’a été épargné.

Des personnes autrefois aisées se sont même retrouvées à demander des aides financières.

Si pendant des années, le gouvernent israélien a fait la sourde oreille face aux problèmes économiques en arguant un manque de budget, cette fois-ci les choses ont changé.

Chacun a eu le droit de toucher des aides grâces aux millions de shekels débloqués.

Une façon de démontrer que chacun a le droit d’être à l’aise financièrement et même d’accéder à la richesse lorsque les conditions sont favorables.

Tout le monde souhaite sécuriser sa famille, la mettre à l’abri en cas de coup dur et pour ça parler d’argent est essentiel.

Il faut donc que chacun puisse s’instruire sur le sujet et profiter des bons plans pour s’enrichir.

Un domaine qui ne doit en aucun cas être réservé aux catégories sociales les plus aisées.

 

  • Comprendre, lire et partager

A partir du moment où vous comprendrez clairement le chemin de l’argent et son mode de fonctionnement, vous serez beaucoup plus à l’aise pour en parler.

L’idée consiste donc à s’informer un maximum sur le domaine, d’échanger avec d’autres personnes pour acquérir une certaine maîtrise tout en profitant des derniers bons plans.

Ce n’est que de cette façon que vous parviendrez à parler d’argent sans gêne et sans tabou.

Evidemment, tout le monde ne partage pas ce point de vue, nombreux sont ceux qui préfèrent rester évasif sur le sujet et qui risquent de vous persuader d’en faire autant.

Dans ce cas, mieux vaut adopter la mentalité israélienne.

En Israël, tout comme aux Etats-Unis, parler d’argent est en aucun cas tabou, bien au contraire.

Après quelques années d’alya, on ne s’étonne plus lorsqu’un voisin nous demande le montant de notre salaire dès la première entrevue.

C’est justement cet esprit d’ouverture qui nous permet d’aborder plus facilement les questions financières, d’apprendre et d’évoluer plus facilement.

En ce sens, l’argent est plus social que privé, il provient de notre travail et de nos investissements, ce qui suppose une interaction avec les autres.

Difficile de s’enrichir en restant seul dans son coin, en dehors de tout lien.

En d’autres termes, comment espérer profiter des meilleures opportunités si vous refusez de parler d’argent ou de négocier ?

Qui aura l’idée de venir vous parler d’un très bon investissement si personne ne sait que cela vous intéresse ?

Inutile de vous freiner en pensant que gagner de l’argent risque de rendre mal à l’aise ceux qui sont en difficultés financières, au contraire, vous leur montrerez que l’enrichissement est accessible à tous ceux qui s’en donnent les moyens.

L’argent ne doit donc en aucun cas être considéré comme un élément négatif qui corrompt les personnes.

Il n’y a aucun mal à aimer le matériel et souhaiter devenir riche si cela se fait sans excès ou que cela permet d’en faire profiter votre famille.

Vous avez des projets qui vous permettront d’accéder à l’indépendance et la liberté financière en Israël, pour y parvenir, libérez-vous de toutes vos idées préconçues sur l’argent.

Apprenez à avancer pour atteindre vos objectifs sans vous imposer des freins inutiles.